Le principe de l’assurance vie entière

L’assurance vie entière permet de préparer sereinement l’avenir de ses proches. Il s’agit d’assurer la sécurité financière des proches quelle que soit la date de son décès. Ce contrat d’assurance est particulièrement utile pour transmettre un patrimoine à un ou à plusieurs bénéficiaires dans une optique de prévoyance. Autrement dit, souscrire une assurance vie entière peut répondre à des finalités variées. Comment fonctionne-t-elle ? Que faut-il savoir sur l’assurance vie entière ?

Les objectifs de l’assurance vie entière

Assimilable à un placement financier, l’assurance vie entière verse un capital majoré aux bénéficiaires du souscripteur à son décès. La plupart du temps, cette assurance est souscrite pour transmettre un patrimoine à des proches. Toutefois, il est important de souligner que le capital n’est versé qu’au décès de l’assuré.

La signature de ce contrat d’assurance engage l’assuré à verser une ou plusieurs primes à son assureur. Il peut s’agir d’une prime unique, de primes temporaires ou de primes viagères. Plus concrètement, la prime unique est versée à la signature et un une seule fois, tandis que les primes temporaires sont versées pendant une période déterminée. Quant aux primes viagères, elles sont versées toute la vie.

Il est important de faire la différence entre l’assurance vie entière et l’assurance décès. Pour rappel, l’assurance décès conditionne l’application de la garantie à une date ou à un âge avant lesquels le décès doit nécessairement survenir.

Choisir le montant du capital

L’assuré a la liberté de choisir le montant du capital décès qu’il souhaite transmettre à ses proches. Le montant est déterminé en fonction des modalités de versement choisies, s’il s’agit de la prime unique, des primes temporaires ou des primes viagères. On parle d’une opération d’épargne qui s’avère être très intéressante pour l’assuré. En cas de cotisations inférieures au capital assuré, le capital versé en cas de décès ne pourra être inférieur au capital assuré.

Par ailleurs, la souscription peut se faire indépendamment de l’âge du souscripteur et l’assureur peut accepter ou refuser l’adhésion selon un bilan médical.

Le capital hors succession et le rachat du contrat

Le capital versé se fait hors succession et est exonéré d’une partie des droits de successions. Dans le contrat d’assurance vie entière, le souscripteur est tenu d’identifier clairement le ou les bénéficiaires. La plupart du temps, les bénéficiaires sont définis par rangs. C’est ce qui permet de verser le capital au bénéficiaire du rang suivant en cas de décès prématuré de celui du rang précédant.

Une fois l’acceptation formulée, le souscripteur ne peut plus modifier la composition de la liste des bénéficiaires. Il doit alors être particulièrement prudent lors de la rédaction de la liste des bénéficiaires. Enfin, contrairement aux autres contrats d’assurance vie, celui de de vie entière peut être racheté par l’assuré qui n’est pas obligatoirement le souscripteur. Il peut s’agit d’un rachat total ou partiel. Le solde est versé aux bénéficiaires après le décès de l’assuré.

Comments are closed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *